Fashion, Nature
Laisser un commentaire

TOM KAY – FINISTERRE

Tom Kay est un surfeur britannique habitué aux conditions extrêmes de l’Atlantique Nord. Alors qu’il n’arrive pas à trouver de vêtements techniques adaptés au surf en eaux froides, il décide de les concevoir lui-même. C’est depuis un petit appartement au-dessus d’un surf shop qu’il créé en 2003 la marque de surfwear Finisterre avec pour ambition de proposer des produits de qualité, respectueux de l’environnement et des hommes.

Tom, où as-tu grandi ?

J’ai passé la majeure partie de mon enfance sur la côte de North Norfolk en mer du Nord.

D’où vient ta passion pour l’océan ?

De mes parents. Ils voulaient nous transmettre leur amour de la mer à ma sœur et à moi et nous ont mis à l’eau – et sur l’eau – depuis tout petits.

Quel a été ton parcours avant Finisterre ?

J’ai fait des études de biologie marine.

« A l’époque, je ne trouvais pas de vêtements adaptés au surf en eaux froides […] j’ai donc créé une marque qui répondait à ces besoins. »

Et comment est née Finisterre ?

Finisterre est née il y a quinze ans des besoins des surfeurs en eaux froides britanniques.  A l’époque, je ne trouvais pas de vêtements adaptés au surf en eaux froides et il n’existait pas non plus de marque engagée dans le développement durable. J’ai donc créé une marque qui répondait à ces besoins avec comme priorités les produits, l’environnement et les hommes. Notre premier produit était une polaire waterproof pour l’après-surf – personne n’avait jamais vu ça auparavant. On en voit encore aujourd’hui !

Tu fais du respect de l’environnement et des hommes une de tes priorités, peux-tu nous en dire plus ?

Les deux sont extrêmement importants. En plus de fonder une marque axée sur le développement durable, je voulais aussi créer un environnement de travail motivant et convivial avec du sens derrière ce que nous faisons. On a la chance d’avoir des bureaux incroyables sur les falaises au-dessus de St. Agnes en Cornouailles et on peut aller à l’eau quand on veut. Je m’estime aussi chanceux d’avoir rencontré et travaillé avec autant de gens formidables au cours de cette aventure.

Quel est le produit dont tu es le plus fier ?

La parka Commodus de notre gamme True North est vraiment représentative de l’éthique de la marque – innovation et durabilité. Elle est en polyester recyclé et coton organique entièrement waterproof et garnie de laine britannique.

Je suis aussi très fier de nos combinaisons de surf pour lesquelles j’ai été étroitement impliqué ;  elles sont super chaudes et durent longtemps, on a eu de très bons retours.

« Nous voulions impliquer la communauté de surfeurs en eaux froides et découvrir ce qu’ils attendaient de leurs combinaisons. »

Vous avez fait appel à la communauté de surfeurs pour tester et développer votre première combinaison de surf, qu’est-ce que cela vous a apporté ?

C’était un élément essentiel. Nous voulions impliquer la communauté de surfeurs en eaux froides et découvrir ce qu’ils attendaient de leurs combinaisons. Notre programme « wetsuit tester » était unique puisque nous avons travaillé avec 300 testeurs terrain durant tout un hiver ; ce sont leurs retours qui nous ont finalement aidés à concevoir un meilleur produit la saison suivante. C’était génial de pouvoir discuter en direct avec ces surfeurs. Cet hiver, on vient de lancer notre programme « women’s wetsuit tester » pour les combinaisons femme, et j’ai hâte de voir ce que ça donne.

Penses-tu que l’open innovation est stratégique pour le développement d’une marque ?

Pour nous, oui. Etre honnête avec sa communauté est essentiel. On n’a pas forcément réponse à tout, mais il faut être ouvert d’esprit pour faire avancer les choses, trouver des solutions dans l’innovation et tenir les gens informés de la progression des choses en permanence – pour moi c’est hyper motivant et c’est ce que nous faisons au quotidien. Un bon exemple, on a récemment embauché à temps plein une personne chargée de trouver des solutions pour recycler les combinaisons usagées ; on essaie de fabriquer des combinaisons à partir de combinaisons.

A quoi ressemble ta journée type ?

D’un point de vue professionnel, je fais un peu de tout, de la revue de collection, à la visite d’un magasin ou à un nouveau projet de film, mais je trouve toujours du temps pour faire une ballade avec mon chien et me mettre à l’eau !

« C’est génial de voir des gens repousser leurs propres limites et aller chercher des vagues dans les endroits les plus reculés. »

Comment vois-tu le développement du « cold water surfing » ?

C’est génial de voir des gens repousser leurs propres limites et aller chercher des vagues dans les endroits les plus reculés. Ça me fait vibrer. Je trouve ça super de voir quelqu’un partir en trip, étudier les cartes météo, pour essayer de trouver des vagues dans les endroits les plus inattendus – c’est fascinant et c’est une vraie expérience. Il y a encore plein de choses à découvrir.

A quand un shop Finisterre en France ?

Pour bientôt, j’espère, nous avons de bons retours en France et j’adore la Bretagne.

Une anecdote de ta vie d’entrepreneur

Mon anecdote préférée est l’histoire du Bowmont. On a travaillé avec un éleveur du Devon pour faire renaître une race rare de mouton et développer une chaîne d’approvisionnement 100% britannique. C’est un mouton mérinos originaire du Royaume-Uni qui a une laine très fine. Quand nous avons commencé à travailler avec Lesley (la fermière) il y avait seulement 26 moutons. Aujourd’hui il y en a presque 300 ! Avec cette laine fine et de belle qualité, nous fabriquons nos pulls et nos chemises Bowmont. C’est un bon exemple de notre volonté de marque d’associer le produit, l’environnement et les hommes.

« Si tu crois vraiment en quelque chose et que tu te lances, tu n’imagines même pas jusqu’où tu peux aller. »

Qu’est-ce que ton expérience t’a appris ?

Si tu crois vraiment en quelque chose et que tu te lances, tu n’imagines même pas jusqu’où tu peux aller. Et en plus, c’est une expérience gratifiante et les gens que tu rencontreras sur ton chemin sont la meilleure des satisfactions.

Un conseil à ceux qui voudraient se lancer

La principale leçon que j’ai apprise est qu’il faut oser se lancer et toujours aller de l’avant. Si tu attends que tout soit parfait, tu ne te lanceras jamais.

Comment vois-tu Finisterre dans 10 ans ?

Avec la même philosophie de marque que celle que nous avons depuis ces 15 dernières années, quelques magasins en plus à l’étranger et avec ce sens de l’aventure qui nous est propre.

Finisterre : Website / Facebook / Instagram

*

Interview : Stéphanie Godin

Photos : Finisterre

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s